Sort by:
View:

J’ai eu la chance (oui, quand on devient un gros blogueur bien influent, on oublie aussi qu’on a de la chance) d’être invité par l’agence Self Image à venir découvrir les jouets Mattel qui raviront les petits enfants à Noël. Une fois notre nouvelle porte posée (épisode qui mérite un billet d’ailleurs), Poupette et moi nous sommes mis en route. Direction l’Hotel du Crillon (je devrais peut-être les prévenir que j’ai linké leur site, histoire qu’ils ne s’étonnent pas si leur serveur tombe).

J’entre dans le palace, avec ma grosse poussette rouge, demande aux hôtesses où se situe l’événement Mattel. Premier étage. Je suis accueilli par Fanny. J’en profite pour lui présenter mini teuteu, laquelle avait une envie folle de se dégourdir les jambes.

Pas facile d’aller visiter tous les stands avec une touptite qui n’en fait qu’à sa tête (note aux organisateurs : du côté des jouets pour petits, près de l’atelier de Sammy, il y a des faux fruits en plastiques. Les traces de dents sur une fausse poire… c’est Poupette la responsable !).

J’ai quand même pu discuter du concours Pictionnary qui fête cette année ses 25 ans (j’y reviendrai dans une prochaine note), ainsi que du lecteur mp3 et du camescope pour enfants. De très bons et jolis produits, brillamment présenté par Richard (je crois que c’est Richard son prénom) qui, en plus de la présentation, était aux petits soins pour Poupette, laquelle se repeignait le visage avec un muffin au chocolat.

Il y a trop de produits pour tous les évoquer ici. En tous cas, Mattel envoie du lourd à Noël. J’en profite pour les remercier pour la hotte offerte à mini teuteu (elle est devenu dingue de sa cuisine bilingue et son mini-frigo-qui-parle-et-qui-chante). J’en profite pour lancer un appel solennel à Mattel, qui a la licence WWE, en tant qu’ancien fan de catch (et ex-catcheur moi-même, lorsque j’étais jeune adulte au Mexique et que je sévissais masqué sous le pseudo d’El Enfoiros) : aurez-vous l’audace (et la générosité) de m’envoyer une figurine du UnderTaker ?

(j’annonce d’ores et déjà que si la figurine est reçu, je la ferai gagner ici même)

Le concept de la jeune société Tyrolienne Miraqo est de créer avec ses clients des produits uniques et merveilleux. Les possibilités et les combinaisons sont sans limites grâce à plus de 100 ingrédients immédiatement disponibles, 4 sortes de chocolats et plusieurs types de personnalisations : du fin chocolat au lait rempli de fraises et de noisettes au chocolat noir agrémenté de goûts exotiques tels que la coriandre, la cannelle ou encore la poudre de gingembre. Miraqo propose plus de 10 milliards de combinaisons différentes et répond à toutes les envies de chocolat. Gourmets ou gourmands, tous les amateurs de chocolat trouveront leur bonheur.

Le site : www.miraqo.com

Source : communiqué de presse

Depuis un moment, je veux reprendre une activité physique (un peu plus intense que celle de lever tour à tour le coude gauche et le droit pour m’enfiler coupe de champagne sur petit four). L’an dernier, j’ai failli m’y remettre. Et puis, finalement, la vie de tout jeune papa l’a emporté sur le reste. Alors, cette année, c’est décidé, je me remets au sport.

Ce matin, je me suis donc rendu dans le XVIe arrondissement pour effectuer mon premier entrainement, après avoir reçu un email m’indiquant que la rentrée avait lieu le 5 septembre. Sur le chemin du club, j’ai failli:

  1. arriver en retard
  2. faire demi tour
  3. trouver un prétexte sur place pour ne pas prendre part à l’entrainement.

Et puis finalement, une fois arrivé, je me suis dirigé vers le vestiaire, je me suis mis en tenue et me suis rendu sur le tatami. On commence avec une trentaine de minutes de cardio et… c’est là que je me suis rendu compte que j’avais pas fait de sport depuis 10 ans et que j’avais quelque peu « forci » depuis ce temps. Après avoir couru, sauté, boxé,… ça commençait un peu à tourner (pas mal même). Bref, il va falloir que je reprenne molo. Puis, nous avons enchainé l’apprentissage d’un premier geste de base.

En 1 heure et demi, j’ai

  • sué sang et eau,
  • cru que j’allais faire une syncope à mi séance,
  • eu souvenir de ma piètre condition physique,
  • l’envie de me remettre au sport plus que jamais.

Voilà. A suivre : est ce que j’ai perdu du poids en me remettant au sport ? Suivi par : est-ce que je me sens mieux dans mes baskets en travaillant ma combativité ?

Bugaboo, c’est la marque de notre poussette de compet’. Cela va faire bientôt un an et demi qu’on avale des kilomètres de bitume avec notre Cameleon. Une poussette au top ! Quand on dit de vous que vous êtes un « geek », il faut être à la hauteur de sa réputation… et cela va jusqu’au choix de la poussette. Une poussette de l’espace. Légère, maniable…. (je vous fait suffisamment rêver là ?)

Comme je fais partie du club fermé des proprios de Bugaboo (on se reconnait dans la rue grâce à des « hand signs » secrets), je reçois la newsletter de la marque. Cette dernière lance prochainement une campagne reposant sur l’expérience personnelle de 17 familles vivant à Amsterdam et Barcelone, lesquelles ont expliqué pourquoi elles avaient opté pour la Bugaboo Cameleon (versatilité, modularité,  propriétés multi-terrains…).

Voici le making-of :

Message à Bugaboo (avec qui j’ai déjà pu échanger grâce à ce blog) : si vous cherchez des témoignages en France, faites le nous savoir ! :)

Et pendant ce temps, la planète entière se remet au boulot…

Menu