4 years ago
4 years ago

Vidéo vue sur Mashable, reprenant un épisode de MadMen dans lequel Don Draper travaille sur une campagne pour le Carousel Kodak, au sujet de Facebook Timeline.

(Via Mashable)

4 years ago

Je profite des vacances pour rattraper mon (gigantesque) retard en matière de série. Je viens de terminer la saison 4 de Mad Men et ça a été un plaisir de suivre les aventures de Don Draper depuis ma chaise longue.

On retrouve dans la saison 4 les hommes de Madison Avenue (c’est ce là qu’ils tirent leur nom pour info) quelques mois (années ?) après la fin de la saison précédente.

Dans cette saison (la 3), les pubards de l’agence Sterling Cooper s’étaient plus ou moins auto-virés de sorte à échapper à l’absorption par un plus gros poisson. Les transfuges montent alors une nouvelle agence qui – de mémoire – s’appelle SCDP. Aux associés historiques s’ajoutent Draper et Pryce (j’ai vraiment un doute sur le patronyme de ce dernier, sache ô visiteur de l’internet qu’il s’agit du jeune commercial aux dents blanches… et longues).

La saison 4 s’ouvre sur un succès du directeur de la création et son interview pour un canard de la grosse pomme. Don Draper est désormais officiellement divorcé et il sombre progressivement (dans la bibine). En parallèle de cette chute, on retrouve Peggy qui – à l’inverse – prend son envol au sein de la nouvelle agence.

Devenu une loque, Draper va se reprendre en main suite à un électrochoc. Je vais éviter de spoiler l’intrigue, mais sachez que… non rien. :)

La saison 4 se déroule sur fond de crise économique pour l’agence SCDP, quand cette dernière perd son plus gros client et se voit contrainte d’alléger ses charges (c’est marrant, ça me rappelle quelque chose…).

Après une saison 3 qui à mon goût trainait un peu en longueur autour de la relation tumultueuse entre les époux Draper (c’est la ravissante Madame Draper qui joue le rôle d’Emma Frost dans le dernier X-Men, en fait le premier, mais le 4e… syndrome starwar), la saison 4 montre un héros tourmenté. Quelque part, ça fait plutôt plaisir de voir Don Draper sombrer, ça lui donne un peu d’humanité. Plusieurs flashbacks nous montrent d’ailleurs comment il a intégré l’agence Sterling Cooper…

Mad Men ne compte que 13 épisodes car – si j’ai bien compris – c’est une série estivale. Vivement la prochaine saison que je puisse me délecter des aventures des hommes de Madison Avenue.