Au revoir, au revoir… Caramail

Lu ici :

Fin de l’aventure pour Caramail qui vit ses derniers jours. L’un des premiers services de messagerie électronique en France, fermera définitivement le 15 février prochain. Désormais rattaché au groupe Lycos, le service avertit ses clients qu’ils ne pourront plus accéder à leur compte à partir de cette date.

Fondé en 1997, Caramail a permis aux premiers internautes français de disposer gratuitement d’une messagerie accessible dans la langue de Molière. Le service accueilli par la suite des salons de discussion instantanée (chat) et des forums, très populaires dans les années 1998-99.

Au début des années 2000, il fut racheté par le groupe Lycos Europe, entraînant de nombreux problèmes techniques (retard du traitement des messages, disparition de comptes, publicité agressive, etc.) et une migration de ses clients vers d’autres services gratuits comme Yahoo! ou Hotmail.

Lycos ayant décidé en novembre dernier de fermer en Europe ses activités « non rentables », Caramail cessera d’exister donc le mois prochain. Dans un message adressé à ses clients, le groupe indique que tous les comptes seront résiliés au 15 février 2009.

« Nous cherchons en ce moment une solution pour continuer à vous proposer le service à travers un autre fournisseur. Si nos recherches aboutissent, nous vous en informerons dans les quatre prochaines semaines. Cela reste cependant incertain, nous vous demandons donc de considérer que le service ne sera plus accessible », précise Lycos, qui invite d’ailleurs ses clients à sauvegarder tous les messages et les rapatrier vers une autre adresse personnelle.

Les internautes qui avaient souscrit des options payantes sur Caramail seront par ailleurs remboursés du montant correspondant à la durée restante de leur abonnement.

2 Comments

Mathieu février 15, 2009 Reply

apparement selon lexpress qui cite vnunet, caramail fermera pas
: http://www.lexpress.fr/actualite/high-tech/adios-lycos_741084.html

damonx février 15, 2009 Reply

c’était ma première boite mail… snif snif

Laisser un commentaire

*

code