Ce que la parentalité change…

Depuis quelques semaines, on vit à trois. Notre nouvelle coloc’, du haut de ses presque 1 mois et demi, est plutôt sympa. Elle est de plus en plus bavarde (enfin léger quand même le bavardage, la plupart du temps c’est plutôt des pleurs), elle est glouton, elle dort beaucoup aussi (enfin seulement le week end, quand la team est au complet. Apparemment, c’est un peu plus tendu la semaine…).

Cette nouvelle vie à trois avec mini teuteu nous apporte énormément de joie. Et grand con que je suis, un soir où elle ne voulait pas dormir, je lui ai raconté l’histoire de sa naissance (non pas les détails graveleux d’une chaude nuit d’été, mais plutôt les 48 heures qui ont précédé son arrivée). Et plus je déroulais le récit, plus je sentais l’émotion monter. Jusqu’au moment où je suis revenu dans le salon les yeux plein de larmes pour dire à Marie que la ptite dormait à poings fermés (imaginez vous la scène, sur le coup, elle a du se demander ce qu’il se passait). Chaque jour est différent du précédent (je reste dans les poncifs du genre. J’en sortirai d’autres : après la plui vient le beau temps,…). Et comme diraient nos amis Lofteurs : C’est que du bonheur !

Mais cette nouvelle vie à trois ne doit pas nous faire oublier l’ancienne (NdA : quand on était que deux). Depuis que nous sommes rentrés à la maison, on a essayé de reprendre doucement des relations sociales. Evidemment, pour la famille et les copains, il y en a que pour mini teuteu. Alors, on répond aux demandes (« vous êtes là ce week end ? »), on lance des invitations (« vous voulez passer voir Poupette ce week-end ? »), on met (temporairement) le « PDA du samedi » en stand-by (NdA : j’apprécie énormément que ces rendez-vous perdurent même en mon/notre absence). Mais c’est quand même plus pareil…

Dans le regard de nos amis, on est des parents à présent. Ceux qui ne peuvent plus venir boire des coups au pied levé un soir de la semaine. Ceux qu’on ne peut plus appeler à la tombée du jour, parce qu’on passe dans le coin et qu’on monterait bien leur claquer la bise.

Vendredi soir, un couple d’amis à la maison. Mini teuteu n’en a fait qu’à sa tête. Impossible de passer une soirée tranquille. Il n’y en avait que pour elle.

Aujourd’hui midi, PDA@home avec les copaings. Mini teuteu plustôt cool, gros dodo, arrivée en guest star… mais au moment de tous décoller (direction la FNAC), des cris retentissent dans la nuit dans l’entrée. Et ouais, c’est l’heure du biberon gros ! Tant pis, pas de passage à la FNAC avec Pat (on y est quand même allés après).

Bref, avant d’être rejoints par nos potes dans l’aventure (merveilleuse) de la parentalité, on se sent un peu en décallage et on regrette parfois les invitations qu’on a lancé (imaginez vous… vous invitez des amis, pour finalement ne pas leur accorder du temps et faire la navette entre le salon et la chambre de l’héritière). On vit un décalage un peu inconfortable.

Mais enfin, l’essentiel, c’est qu’on soit heureux avec mini teuteu. Et si nos amis en sont vraiment, j’espère qu’ils comprennent et excuseront notre indisponibilité (temporaire les gars, c’est l’histoire de 10-15 ans maxi).

Et pour finir, j’ajouterai (parce que c’est bon pour mon référencement paraît-il 😉 ) : dîtes à nicolas sarkozy que si hadopi passe on pourra plus télécharger du pr0n de britney spears.

3 Comments

Skyseb avril 26, 2009 Reply

J’adore « l’histoire de sa naissance » ! Belle anecdote 🙂
Pour ton référencement, il fallait finir par « on pourra plus télécharger du pr0n avec britney spears et zac efron, produit par suzane boyle.

C’est bon, ton analytic va booster. C’est sûr 🙂

Bao avril 27, 2009 Reply

C’est une belle aventure que vous vivez et même si le décalage avec vos potes est très présent, cela ne doit pas vous couper du monde pour autant. N’hésitez pas à la balader votre petite puce, elle prendra l’habitude de dormir partout et sera en confiance si elle sous sait à ses côtés 🙂

Sébastien avril 27, 2009 Reply

on sort avec elle. Elle s’endort facilement chez ses grands parents, et aime bien les bras de Nico Leune 🙂

Laisser un commentaire

*

code