Essai de la Nissan LEAF

Je me suis rendu hier soir à Neuilly sur Seine (bled très mignon soit dit en passant) sur invitation de buzzparadise pour rencontrer Nissan et participer à un essai.

La Nissan Leaf est un véhicule “zéro émission”. Une voiture électrique quoi. Une grand première en ce qui me concerne : essayer un véhicule électrique doté (on s’en doute) d’une boite automatique.

Après être descendus au parking, James (Nissan) nous a présenté la LEAF en détails. La LEAF est (vraiment) une jolie berline (et Dieu sait que ceux qui me connaissent savent à quel point je ne suis pas amateur de voiture) de 5 places, confortable qui plus est. Nous (Osmany et moi) avons pu poser toutes sortes de questions à James avant de prendre place dans la LEAF.

Autonomie et rechargement

En ce qui me concerne, quand je pense “voiture électrique”, j’y associe toujours l’autonomie et la galère que cela peut être pour la recharger (moi qui n’ai pas de parking). Sur ce dernier point, Nissan travaille avec différents partenaires sur le développement et le déploiement de bornes de rechargement. Côté autonomie, la Nissan LEAF embarque une batterie lithium-ion compacte (batterie qui n’a pas de “mémoire” donc qui s’abîme moins qu’un iPhone…) et  dispose d’une autonomie de 175 km “selon l’homologation New European Driving Cycle”. Sur une borne de rechargement rapide, 30 minutes suffisent pour redonner à la batterie 80 % de sa capacité.

145 km/h en vitesse de pointe

Je ne le cache pas, mais pour l’heure, mon premier frein à l’achat d’une voiture électrique reste l’autonomie. J’avais quelques craintes concernant la vitesse. Nous n’avons pas eu l’occasion hier de pousser le moteur 109 ch (80 kW) de la Nissan LEAF à fond, mais James nous a assuré que la voiture électrique pouvait monter jusqu’à 145 km/h (sans nécessairement que ce soit en pente, avec le vent dans le dos).

« La LEAF est une vraie berline, caractérisée par une absence totale d’émissions à l’échappement. Avec cette voiture électrique innovante et abordable, Nissan entame un véritable tournant pour l’industrie automobile permettant ainsi de franchir une étape majeure sur la voie de la mobilité durable ».
Carlos Ghosn, CEO, Nissan Motors Co. Ltd.

En voiture Simone Osmany !

Osmany a pris le volant en premier (note : c’est un bon conducteur, je n’ai pas (trop) eu peur) pour cette sortie en Nissan LEAF dans Neuilly sur Seine. Ne pas entendre le bruit du moteur ronronner est assez troublant les premières minutes. Tout comme le silence à l’intérieur de l’habitacle. On se serait presque cru dans un épisode de l’émission Le plein de super. Quelques minutes plus tard, Osmany me laisse le volant.

Réglages du siège et des rétro, check ! Veuillez attacher vos ceintures. C’est parti. Bord**, il est où l’embrayage ?! Ah oui, c’est une voiture électrique. Une manip avec le levier de vitesse, le clignotant et ça repart. A la différence d’une essence qu’il faut “lancer”, il faut ici doser avec l’accélérateur. Attention, ralentissement. Je vais repasser en seconde. M****, c’est vrai, c’est une électrique, donc une boite auto. Pendant que le pied gauche cherche à écraser un embrayage inexistant, mon cerveau m’alerte sur le fait qu’il va falloir rétrograder. Au bout de quelques minutes, je commence à trouver mes marques. Ah, la voie est dégagée. Allez, on pousse un peu Titine.

Retour à la base

Nous rentrons dans le parking de l’hôtel et ratons l’occasion de faire une marche arrière pour garer (correctement) la Nissan LEAF (qui est équipée d’une caméra de recul). Forcément, en sortant de la voiture, on ne pouvait pas manquer de dire : “c’est bon, on la prend”. On la prend, on la prend… faut voir… rapport à l’argent.

30 990 euros et des formules de financement sur mesure…

La Nissan LEAF coûte 30 990 euros dans sa version de base. Ce qui peut quand même paraitre un peu élevé. Sur ce tarif, le bonus écologique (5000 euros) est déjà déduit. Sachez néanmoins qu’il existe des offres de financement, comme la LPV (Location avec Promesse de Vente) permettant de s’installer au volant de la LEAF pour 399 euros par mois (exemple d’offre sur 37 mois et 45 000 km avec un 1er loyer majoré de 10339,44€ dont 5000€ de bonus écologique pris en charge par le concessionnaire et un engagement de reprise de 36,6% soit 13172, 34€ en fin de contrat). Comme le leasing, vous pourrez à la fin de la durée d’engagement choisir d’acheter ou de renouveler votre véhicule.

Il existe quelques autres aides/avantages. Les 500 premiers acheteurs en Alsace pourront par exemple bénéficier d’un bonus écologique doublé.

Vous voulez en savoir plus ?

Il y a tant à dire sur le Nissan LEAF : ce n’est pas une adaptation d’un modèle essence existant, mais tout (jusqu’à la ligne des phares) a été pensé pour l’électrique, le frein moteur permet de récupérer de l’énergie, le GPS est intégré, l’ordinateur de bord permet de visualiser sur une carte les bornes de rechargement à proximité,… Vous voyez.

Aussi, si vous avez un concessionnaire Nissan près de chez vous, je ne peux que vous inviter à aller y faire un tour ce week-end. Pour ma part, si Nissan me le permet, j’essaierais bien la Nissan LEAF tout un week-end (pour justement tester la galère ou non du rechargement, etc…).

 

 

Laisser un commentaire

*

code