Le cycle des Robots 5 : Les robots de l’aube

Je continue de parfaire ma culture SF avec la lecture du Cycle des Robots d’Isaac Asimov. Après avoir dévoré Fondation, j’ai suivi avec enthousiasme les aventures du Docteur Susan Calvin dans les deux premiers tomes du Cycle des Robots (mettant en scène les trois lois fondamentales de la Robotique, à savoir :

1. Un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni en restant passif, permettre qu’un être humain soit exposé au danger.

2. Un robot doit obéir aux ordres que lui donne un être humain, sauf si de tels ordres entrent en conflit avec la première loi.

3.Un robot doit protéger son existence tant que cette protection n’entre pas en conflit avec la première ou la seconde loi.)

Puis, avec une certaine appréhension (car on passe du format “nouvelle” à celui de roman), j’ai suivi les premières aventures de l’inspecteur Elijah Baley. Les robots de l’aube constitue le cinquième tome du cycle des Robots.

L’histoire en bref…

Après avoir résolu l’affaire de meurtre sur Solaria (cf. Face aux feux du Soleil, du même auteur), Elijah Baley a atteint le grade C-7, lui offrant toujours plus de confort. Il profite de ses nouvelles prérogatives pour consituer un petit groupe de résistants qu’il mène à la découverte de l’Extérieur (en vue d’une prochaine migration vers un des mondes extérieurs). L’enquête menée sur Solaria a été adaptée en une sorte de téléfilm diffusé sur Terre et sur l’ensemble des mondes Spatiens, faisant de l’inspecteur Elijah Baley un être renommé…

Elijah Baley est une nouvelle fois convoqué pour tenter de résoudre un crime (insoluble) et encore une fois l’avenir de la Terre est entre ses mains. Bien entendu, s’il échoue, il sera tenu pour seul responsable. Dans le cas contraire, la gloire rejaillira sur tous. Vous voyez le genre… A la différence des deux premières enquêtes de l’inspecteur, c’est un robot qui cette fois a été “assassiné”. “Assassiné” ou mis hors service, question de point de vue. En tout état de cause, ce gel mental pose problème. La “victime” est un robot humaniforme (tout comme R Daneel Olivaw), au service de Gladia Delmarre, la Solarienne qui avait fait tourner la tête d’Elijah dans Face aux feux du Soleil.

Le problème est que seul un roboticien de très très haut niveau aurait pu déclencher ce gel mental. Or le seul capable est le Docteur Fastolfe, le créateur du Jander (le robot “assassiné”). Commence alors l’enquête d’Elijah Baley, accompagné de Daneel Olivaw et un autre robot de Fastolfe…

Les robots de l’aube ont fait l’objet en 1984 d’une adaptation par Epyx sur Commodore 64.

Un rapide avis…

On met un peu de temps à rentrer dans l’histoire, qui semble d’ailleurs avoir un petit goût de déjà vu. Mais, si on tient, les robots de l’aube vaut vraiment le coup d’oeil 🙂

Laisser un commentaire

*

code