J’ai terminé American Gods de Neil Gaiman…

American Gods raconte l’histoire d’un taulard, Ombre, fraichement sorti de prison qui se trouve embringué dans la lutte entre les anciens et les nouveaux dieux. Comment présenter l’histoire sans dévoiler l’intrigue ?

Au fil des siècles, bien avant Christophe Colomb, de nombreux vaisseaux ont débarqué sur les côtés de ce qui deviendra l’Amérique. Vikings, européens, chinois,… Ces explorateurs ont amené avec eux leurs croyances, leurs dieux. Quand les navigateurs ont quitté l’Amérique, ils y ont laissé leurs dieux. Et un dieu, pour subsister, ça a besoin qu’on croit en lui. Et à notre époque, le peuple s’est créé de nouvelles divinités : l’automobile, la télévision,… mettant au rencart les dieux primitifs (devenus de vieux clodos…).

American Gods est le fait de Môssieur Gaimen qui entretient un rapport de près ou de loin avec les comics (lire absolument 1602, et laissez moi le temps de découvrir The Sandman). Ce roman d’environ 500 pages raconte l’histoire de Ombre, un ancien taulard, des dieux anciens et nouveaux qui se livrent combat. Je n’en dis pas plus de peur d’éventer l’intrigue.

Malgré (à mon goût) quelques longueurs, l’histoire est prenante. Et sur les bons conseils du rédac chef de l’antiblog, je pense continuer mon trip “Gaiman” avec ses autres romans et bien sûr ses comics !

Laisser un commentaire

*

code